samedi 19 février 2011

La DSI à la dérive dans un océan qui vire au rouge sanglant?


Le principe de la stratégie "Océan Bleu" est fort simple: cessez d'entrer en compétition et évitez l'affrontement frontal permanent qui ne mène qu'a des "victoires du moment" jamais à l'accession à une position durable. Un signe que votre bateau est pris dans la tempête d'un océan compétitif rouge, comme le sang: l'Océan rouge!

En revanche l'Océan Bleu, ce sont les secteurs commerciaux quasiment libres de concurrence et correspondant à des marchés rentables, des secteurs non encore prospectés et bien plus enthousiasmants. Plus facile à dire qu'à faire!

Si cette stratégie ne venait pas d'une étude des plus belles réussites stratégiques des 15 dernières années (Apple, BodyShop, eBay....), cautionnée par l'INSEAD (W. Chan Kim et Renée Mauborgne), et que je n'avais pas assisté aux spectacles du Cirque du Soleil, un de ces exemples phare de métier réinventé, je pense que j'aurai passé mon chemin.

Pour accéder à l'Océan Bleu, il faut déjà revoir sa pensée stratégique, abandonner la terminologie militaire pour en finir avec cette obsession de l'affrontement et dépasser le choix binaire de Michael Porter, différenciation ou réduction des coûts.

Pour créer ce marché unique il va falloir créer aussi la demande. Car vous vous en doutiez, si il est vierge c'est que personne n'est passé par là avant vous et donc vous allez créer cette appétit pour vos produits et services. Et pour cela certainement pratiquer à la fois la différenciation et la réduction des coûts. Ensuite dresser des barrières concurrentielles durables le plus vite possible.

Si vous êtes sceptique sur la validité de cette stratégie alors n'hésitez pas à vous procurer le livre OceanBleu (voir lien à droite dans Mes Favoris), il regorge d'exemples. Et pour l'avoir pratiqué il y a 2 ans dans un groupe qui imaginait les métiers de demain, je confirme avec du recul que c'est assez efficace. Il existe aussi un site dédié à la méthode : http://www.blueoceanstrategy.com/


Ce qui m’intéresse ici c'est l'application de cette démarche pour réfléchir sur l'offre de service de la DSI et le partit qu'elle peut tirer de l'évolution technologique.
Considérons les services informatiques internes d'une entreprise comme un marché. Et oui, nos DSI rendent des services à des clients, direction générale, donneurs d'ordres, utilisateurs, qui représentent finalement un marché de moins en moins captif à l'heure du SaaS, de l'internet grand public et d'un certain nombre de technologies abordées par greensi.
Peut être que les DSI sont déjà à la dérive dans un Océan Rouge ?
Où se trouve leur Ocean Bleu ?

Analysons les valeurs de l'offre de la DSI par rapport à une informatique externe qui serait le meilleur de l'intégration de système, de l'outsourcing et des services à la demande. En terme de prix, d'expertise technique, de méthodes, l'avantage est clairement à l'externe. Certes une DSI peut se renforcer et par exemple développer sa maîtrise des méthodes, mais comment lutter contre des prestataires dont la survie dépend de la certification qualité, dont la performance est inscrite dans des contrats incluant des pénalités et qui bénéficient d'économies d’échelles sur le vivier de compétences disponibles pour chaque projet.
On est clairement dans l’océan rouge avec des victoires non durables et une énergie dépensé dans des batailles perdues d'avance. Mieux vaut apprendre à tirer partie de ces prestations que de vouloir les mimer.

Cependant sur sa connaissance de l'entreprise et de son métier et sa capacité à accompagner les changements, si elle sait s'organiser et être en prise avec ses utilisateurs, une DSI est au moins aussi performante si ce n'est meilleure que des offres externes.
C'est en utilisant le formalisme de la méthode Ocean Bleu, ce qui est résumé par le schéma ci-après:

Alors quelle stratégie adopter? Continuer à se battre dans cet océan rouge?

Pour trouver l'Océan Bleu la DSI doit déjà se renforcer là où elle a un avantage, la connaissance  de l'entreprise, de son système d'information et de son architecture. Puis elle doit développer de nouvelles valeurs qui lui permettront de se différencier des offres externes. Des valeurs qui seront difficiles à atteindre par ces offres externes avec des barrières à l'entrée. J'en ai imaginé trois pour la démonstration dans ce post :
  • la capacité a assurer un meilleur alignement stratégique de son SI avec la stratégie métier et son développement : en effet, elle ne pousse pas ses produits ou ses technologies et a une indépendance et une connaissance du métier qui peut être exploitée le plus en amont possible.
  • la capacité à "monitorer" l'activité business, par le suivi des flux numériques de plus en plus nombreux et volumineux, et d'en tirer une intelligence non directement accessible au métier. Ensuite au métier de reprendre la main pour le traitement de ce qui a été "découvert" par l'analyse des flux, la fraude par exemple ou des opportunités.
  • la capacité à construire une entreprise numérique qui peut agir dans le monde numérique en développement rapide sur Internet que ce soit dans l'e-commerce, les réseaux sociaux, l'open data ou l'interaction avec la ville numérique. C'est pourquoi le leadership de la DSI est important jusqu'au point que le futur DSI sera peut être le DEN, Directeur de l'Entreprise Numérique au service des directions opérationnelles.

Ces valeurs sont certainement celles attendues par le métier et la direction générale pour aborder la transformation de l'entreprise, celles où les services offerts par la DSI correspondent à des services non encore pertinents avec une offre externe. 
Le rapprochement vers les utilisateurs et la connaissance intime du métier de l'entreprise sont certainement le moyen de les développer.
Cette différenciation s'accompagne par un travail de réduction des coûts en bénéficiant de l'offre SI externe.

Maintenant si vous voulez encore vous convaincre que l'on peut réinventer un métier, dites vous que l'on est passé des jeux romains au cirque Bouglione en 2000 ans. Et maintenant allez voir dès que vous en aurez l'occasion un spectacle du Cirque du Soleil, réinventé en 20 ans... ouvrez les yeux vous êtes dans l'Océan bleu!






Autres articles sur cette transformation : La DSI condamnée à innover... ou disparaître!


SHARE THIS

4 commentaires: